La 911 TARGA

 

 

L’appellation TARGA désigne un type de carrosserie commercialisée par Porsche pour la 911 dès 1966 (présentation en 1965 au salon de Francfort).

Les modèles ainsi nommés se caractérisent par un toit partiellement découvrable. La voiture restant surmontée par un arceau fixe (de couleur chrome à l’origine puis peint en noir par la suite). Une « bulle » de verre englobe la partie arrière de l’habitacle.

Pour la petite histoire Porsche avait tout d’abord commercialisé la TARGA avec une lunette arrière souple en vinyle qui pouvait se « dé zipper ». Cette solution a ensuite été abandonnée pour des raisons de fragilité et de risque évident de vol du véhicule !!

Les derniers modèles de 911 TARGA ont finalement abandonné le principe de l’arceau pour un concept original de toit panoramique en verre rétractable vers l’arrière (voir). Celui ci peut être ouvert à grande vitesse et rompt avec le concept original. Nous n’en parlerons pas plus ici.

Le modèle TARGA , dans toutes ses versions (jusqu’au type 993 cité ci-dessus), ne bénéficie pas d’une importante cote d’amour auprès des passionnés. Principalement en raison de la lourdeur de sa ligne. C’est complètement injustifié et ce modèle mérite une attention supplémentaire comme nous allons le voir….

 

 

 

 

Les Origines :

 

Lorsque Porsche présenta la 911 au milieu des années 1960, celle ci rencontra un succès indéniable. Cependant, la demande d’une version découvrable de l’auto fut très vite croissante et le constructeur ne pouvait rester sans réponse.

Celui ci ayant déjà déboursé de nombreux Deutschemarks à la conception du coupé, il ne pouvait s’engager dans la conception d’un modèle complètement nouveau au châssis forcément différent. En effet, les problèmes de rigidité étaient alors difficile à maîtriser et étaient un vrai casse tête pour les ingénieurs de l’époque. De plus, une rumeur circulait sur la volonté des USA d’interdire purement et simplement les modèles découvrables.

La solution de l’arceau rigide supportant une lunette arrière souple puis rigide répondait à ces différents impératifs et fut jugée satisfaisante en terme de coût de conception.

Il restait à lui donner un nom : ce fut TARGA par référence à la « Targa Florio », course sicilienne où Porsche remporta quelques succès (démarche identique à l’appellation Carrera par référence à la « Carrera Panamerica »).

 

 

 

Avantages:

 

-         Roulez en plein air sans subir de remous (c’est à mon sens le principal avantage).

-         Dispositif moins fragile qu’une capote de cabriolet. Voiture en outre moins sensible au vandalisme et au vol.

-         Sécurité accrue en cas d’accident (toujours pas rapport au cabriolet).

-         Meilleure visibilité arrière.

-         Les deux éventuels passagers bénéficient de plus d’espaces que dans un coupé (la lunette est plus haute).

 

Inconvénients:

 

-         Une ligne moins féline que le coupé et moins « frime » que le cabriolet (ce n’est pas forcément un inconvénient !)

-         Etanchéité du toit parfois prise en défaut. L’état des joints est à surveiller et demande une attention particulière.

-         Réparation coûteuse du toit (un toit complet coûte plus de 3800 € !!).

-         Place occupée par le toit lorsque celui ci est retiré. Celui ci peut se placer dans le coffre (qui est déjà minuscule) ou sur les places arrières.

     

 

 

Guide d’achat :                                            

La première chose à faire : Ne pas se précipiter !

L’achat d’une Porsche ne se fait pas à la légère. Même s’il s’agit d’une voiture d’exception à la fiabilité exceptionnelle, la prudence est de mise car l’on trouve de tout sur la marché de l’occasion.

Le modèle de 911 TARGA le plus approprié, toujours en ne parlant que des modèles à arceaux (993 et 996 exclus donc), en terme de budget d’entretien et de fiabilité est certainement la 911 Carrera 3,2 Litres modèle 1984, 1985, 1986,1987 ou 1988. Les deux derniers millésimes bénéficient d’une sur-cote du fait de la nouvelle boite de vitesse G50 apparue en 1987. Cette sur-cote est en réalité injustifiée car bien que plus moderne que l’ancienne boite 915, la boite G50 s’avère un peu plus fragile et son coup d’entretien et de réparation est plus important. En fait, une boite 915 demande à être « apprivoisée » et se révèle au final tout aussi efficace.

Les modèles produit avant 1984 peuvent se révéler également de bonnes affaires (surtout en 911 SC) mais leur état général et leur entretien doit être parfait. Il s’agit de véritables véhicules de collection et même s’ils s’avèrent un peu moins chers à l’achat, leur coût d’entretien peut vite devenir supérieur à celui d’une 3L2.

Pour les modèles produit après 1988, la plus grande prudence est de mise, en effet, l’apparition de la 964 (forte de 250 chevaux) s’accompagne de nombreux problèmes de fiabilité surtout pour les modèles de 1989 à 1991. Citons entres autres des problèmes d’embrayage, de double allumage, de fuite de direction assistée et d’étanchéité moteur. Tout étant relatif, car ces différents problèmes ont souvent été résolus par les précédents propriétaires. Cependant, il n’empêche que la 964 reste une voiture coûteuse à entretenir et que le budget à prévoir n’est plus en rapport avec celui d’une 3L2 (il serait même supérieur à celui d’une 993 !).

 

  

                   911 S 2,2 L 1970 (180 chevaux)

 

                                          

                                                      911 Carrera 3L2 1988 (231 chevaux)

 

               

                       911 Carrera 2 (type 964) 1990 (250 chevaux)

 

 

Avant de signer :  Certains points sont à vérifier.

 

-         Le suivi de l’entretien du véhicule doit pouvoir être consulté. Le vendeur doit pouvoir présenter un carnet d’entretien et des factures. Surtout si vous comptez acheter chez un particulier. En effet, la plupart des professionnels livrent des véhicules révisés et garantis. Le carnet d’entretien restant toujours un plus. (la présence du carnet devient rare pour les modèles les plus anciens et c’est donc l’état général du véhicule qui primera).

-         L’état du compartiment moteur, la présence éventuelle de traces de chocs(sur les longerons)

-         L’apparition de rouille (les points les plus sensibles étant le pourtour des phares (au niveau des vis), les abords du pare-brise et les ailes avant).

     

 

-          L’état des canalisations d’huiles. Celles ci sont souvent écrasées et devront être remplacées pour éviter des surchauffes.

     

 

-         L’état de la ligne d’échappement (échangeurs, silencieux et sortie(s)).

     

      Si celle ci est en mauvais état, je conseille l’installation d’un pot inox. La sonorité du moteur devient envoûtante….

-         Les éventuels changements de pièces qui ont été effectués (l’embrayage a t’il été changé ? La climatisation a t’elle été entretenue ? etc….)

-         D’une manière général, l’état du véhicule et le soin qui semble lui avoir été apporté. Evitez les modèles qui ne sont pas d’origine ou trafiqués (de type 911 SC look Carrera 2 avec moteur de 2.4 S et jantes de 996 !!!).

-         S’agissant du toit de la TARGA une inspection supplémentaire est nécessaire. Celui ci doit être en bon état ( sans déformations). Les articulations doivent être manœuvrés. Il est bon de savoir que certains celliers peuvent réaliser une restauration de ce type de toit. Au niveau de la voiture, l’état des joints doit être parfait sinon exigez leur remplacement (si vous achetez chez un pro…).

Ceux ci peuvent ensuite être remplacés en les commandant chez JEAN BUZER (accessoires et pièces détachés)  44 Rue Voltaire 92300 LEVALLOIS ou chez ROSE PASSION (idem) BP 25 57130 ARS SUR MOSELLE. Ces derniers proposant d’ailleurs un catalogue complet de pièces détachées pour Porsche.

 

-         Enfin, pour finir le plus important : essayez la voiture !

Cela vous permettra de la tester en conditions réelles (embrayage, boite, freins, amortisseurs, moteur, équipements).

Si vous avez le moindre doute, passez votre chemin. Le marché de la 911 d’occasion est assez riche pour que vous trouviez votre bonheur.

 

 

Une fois toutes ces recommandations appliquées et l’achat effectué, il ne vous reste plus que le bonheur de rouler dans une légende roulante !!

 

 

Note à propos des assurances :  Inutile de vous dire qu’il peut parfois être difficile d’assurer une Porsche. Le célèbre blason représentant tout ce qu’un assureur n’aime pas : Une voiture puissante et rapide qui attire les convoitises et donc les voleurs.

Sachez que si vous avez moins de 25 ans et moins de 30% de bonus vous aurez énormément de mal à trouver un assureur. La plupart refusant même d’assurer les conducteurs de moins de 30 ans et/ou 40% de bonus.

Les tarifs des assurances généralistes sont souvent excessifs (exemple : 1800 € en tout risque pour une 911 de 1986 en utilisation promenade auprès de la GMF avec 30% de bonus). Heureusement, il existe des courtiers spécialisés. Citons par exemple le cabinet LDA Assurances  47, rue Vivienne 75002 PARIS 01-44-88-27-27.

Dans tous les cas une expertise annuelle du véhicule est obligatoire pour déterminer sa valeur.

 

Enfin pour finir, la lecture de deux magazines (mensuels) est conseillée :

 

      

 

 

 

Retour accueil